Accueil > En action > Budget 2017 : Cannes se renforce financièrement

Budget 2017 : Cannes se renforce financièrement

David Lisnard transmet à la Mairie de Cannes la culture du résultat et de l’action pour penser différemment et garantir une stricte maîtrise budgétaire tout en préservant la qualité de vie des Cannois et  l’attractivité de Cannes.

Le budget primitif de la Ville de Cannes présenté le 6 février 2017 en Conseil municipal, qui s’inscrit dans une politique volontariste d’une gestion exemplaire des deniers publics s’appuyant sur trois piliers – baisse de la dette, forte diminution des dépenses de fonctionnement et non augmentation des taux des impôts communaux -, prouve que l’on peut agir avec rigueur tout en maintenant un haut niveau d’investissement et sans utiliser le levier de l’impôt.

0 % d’augmentation des taux des impôts communaux

Dans un contexte national particulièrement difficile où la dette publique en France a augmenté de 17,8 % depuis 2012 pour atteindre un niveau record de 97,6 % du PIB, où la croissance reste faible avec 1.1 %, où l’Etat poursuit le pillage des communes avec la baisse des dotations globales, les mécanisme de péréquation et les nouvelles charges imposées qui s’accroissent – le total cumulé de perte de ressources pour la Ville de Cannes s’élèvera à 76 millions d’euros fin 2017 – , la Ville de Cannes démontre son excellente santé financière.

En effet, le budget 2017 de la Ville de Cannes, d’un montant de 495,7 millions d’euros, protège les contribuables cannois en maintenant les taux communaux de fiscalité locale inchangés grâce à la maîtrise des dépenses et à l’optimisation des recettes de fonctionnement. En outre, la surtaxe sur les résidences secondaires ne sera pas appliquée et les abattements fiscaux ne seront pas modifiés.

À titre de comparaison, en 2016, les villes françaises ont augmenté en moyenne leurs taux d’imposition de + 1%. Dans le détail et selon les villes, le montant moyen de la taxe d’habitation a augmenté de 3 euros à 82 euros et celui de la taxe foncière de 6 euros à 147 euros (sources : Forum pour la gestion des villes et des collectivités locales). Certaines ayant actionné le levier fiscal dans des proportions très importantes. À Cannes, en revanche, les taux des impôts communaux sont restés inchangés et le seront jusqu’à la fin du mandat.

Cannes fait d’ailleurs partie des villes de la strate où les taux communaux des impôts locaux sont les plus bas, si l’on tient compte de ceux du bloc communal (ville et intercommunalité).

Cannes devient fiscalement compétitive.


Source rapport Observatoire SFL – Forum 2016
(Observatoire du Forum pour la Gestion des Villes et des Collectivités territoriales)

Source rapport Observatoire SFL – Forum 2016
(Observatoire du Forum pour la Gestion des Villes et des Collectivités territoriales)

Des fondations budgétaires solides résultat d’un plan drastique d’économies

La Mairie de Cannes a réussi à dégager un excédent de fonctionnement de 45,4 M€ en 2016, contre 42,8 M€ en 2015, alors même que l’Etat a poursuivi ses ponctions sur le budget communal.

Des dépenses de gestion courante en diminution (-1,10 % de BP à BP à périmètre constant)

Un important travail a porté sur la renégociation et la reconfiguration de marchés pour les mettre en parfaite adéquation avec le besoin de la collectivité. Ainsi, la renégociation du contrat d’assurance de la Ville a permis d’économiser 272 000 euros par an.

La flotte de véhicules a été diminuée (-111 véhicules depuis janvier 2014) avec la réduction des véhicules de services, souvent sous employés ou nécessitant d’importantes réparations, au profit de pools en libre-service. L’économie générée, en termes d’entretien et de carburant, est estimée à 260 000 euros par an.

Grâce à une réorganisation du travail et sans augmentation de la masse salariale, de nombreuses prestations ont pu être reprises en régie générant des économies substantielles. Ainsi, la gestion en régie du balayage des voies et des marchés a conduit à un gain de 1,4 million d’euros par an. Il en est de même pour le ramassage des déchets et la collecte des horodateurs dont la gestion directe par la Mairie a constitué une économie de plus de 600 000 euros par an.

D’autres économies ont pu être engendrées par des investissements opportuns comme ce fût le cas avec la réfaction de certains réseaux d’eau ou l’optimisation de l’éclairage public, avec des effets immédiats sur les factures de fluides.

L’application de ces mesures a conduit à une réduction de 13,3 % des charges à caractère général entre 2014 et 2016, soit 7,2 millions d’euros d’économies réalisées sur la période.

Une masse salariale maitrisée (-0,28 % à périmètre constant)

La maîtrise des effectifs constitue une priorité de la municipalité. Ainsi, entre 2014 et 2016, le nombre d’agents de la collectivité a été réduit de 105 personnes. Pour atteindre ce résultat, l’opportunité de remplacer les agents quittant la collectivité est appréciée au cas par cas. En outre, la mobilité interne est privilégiée pour pourvoir aux remplacements, ce qui répond également aux aspirations des agents en termes de changement de service et de nouvel élan professionnel.

Des subventions aux associations ajustées

Les associations constituent un moteur de l’animation sociale, culturelle et sportive de la collectivité. La municipalité entend poursuivre son soutien au milieu associatif tout en prenant en considération les besoins réels de ces structures. Cette démarche s’est accompagnée d’une sensibilisation des associations aux problématiques financières rencontrées par la collectivité du fait des décisions de l’Etat.

Des économies de gestion sont programmées à hauteur de 25 M€ d’ici la fin du mandat.

Des recettes optimisées, stables, malgré le désengagement de l’Etat

Outre la réalisation d’économies de gestion, le maintien des excédents de fonctionnement passe par la génération de recettes supplémentaires, qu’elles proviennent d’une gestion optimisée du patrimoine ou de l’ajustement des tarifs des prestations de la collectivité.
Ainsi, en matière de gestion du patrimoine, la Mairie de Cannes valorise systématiquement son patrimoine mobilier destiné au rebus afin de le vendre aux enchères. Ce principe a permis de percevoir 358 000 euros de recettes supplémentaires depuis 2014. A ce titre, la Ville a reçu le label « vendeur d’or » par la plateforme Agorastore pour la deuxième année consécutive.

De même, une analyse complète du patrimoine immobilier a été réalisée dès 2014 afin de mettre à la vente les biens ne présentant que peu d’intérêt pour la Ville, en termes d’organisation du service public, d’aménagement urbain ou de positionnement des services dans la Ville.
Par ses équipements et ses espaces publics, la Ville de Cannes dispose également d’une source de revenus importante. Afin de valoriser au mieux la mise à disposition de ces équipements, une politique de rationalisation des tarifs communaux est en cours.

Une baisse de la dette en continu

Conformément aux engagements de David Lisnard, le désendettement se poursuit. La diminution de la dette par rapport à 2014 s’élèvera à -39 M€ et même -44 millions d’euros avec le transfert à la C.A.C.P.L. d’un emprunt lié au Grand Bleu, en droite ligne avec l’objectif d’un encours de l’ordre de 200 millions d’euros en 2020. Cette dette ne comporte aucun emprunt toxique.

La réduction significative de la dette, récompensée par la Direction départementale des finances publiques, génère également d’importantes économies de gestion. En effet, avec le désendettement réalisé depuis 2014, les frais financiers ont diminué de 2,4 millions d’euros sur la période, preuve de l’efficacité d’une démarche vertueuse. Cette démarche est reconnue par les établissements bancaires qui, conscientes de sa solidité financière, proposent à la Ville de Cannes des taux d’intérêt particulièrement bas.

Avec une capacité de désendettement de 5,07 années et une dette représentant 84,7% des recettes réelles de fonctionnement, la Ville de Cannes dispose de ratios financiers remarquables qui lui permettent de bénéficier de taux particulièrement bas. Ainsi, le taux moyen de l’encours de la dette au 31 décembre 2016 s’établissait à seulement 1,86%.

Les investissements en progression : 56 millions d’euros de travaux pour 2017

La municipalité continue d’investir dans tous les quartiers. 56 millions d’euros de dépenses d’équipement sont ainsi prévues au budget 2017. Elles permettront de financer notamment la reconstruction de l’école des Broussailles, l’embellissement du Carré d’Or, le réaménagement du quartier du Petit Juas, l’embellissement du front de mer, la poursuite du réaménagement des boulevards du Midi Louise Moreau (opération Boccacabana) et Jean Hibert, la mise en accessibilité des espaces publics et bâtiments communaux, la fin de la piétonnisation du Suquet, la poursuite du projet de pôle universitaire, le lancement de l’aménagement et de l’embellissement du centre de la Bocca, la valorisation et la sécurisation du secteur Forville (place de la Petite Fabrique, place de la Miséricorde, rue du Docteur Gazagnaire), etc.. De nouvelles étapes clés dans le renouveau de la ville pour atteindre les 258 M€ d’investissement qui seront réalisés sur la mandature en faveur de la qualité de vie des Cannois et de l’attractivité de Cannes.

Consultez tous les articles > En action

Google Analytics Alternative