Accueil > A la Une > En action > Pour Cannes > Covid-19 : point d’information sur l’aide apportée au tissu économique

Covid-19 : point d’information sur l’aide apportée au tissu économique

Près de trois mois après le lancement de la Cellule Municipale d’Aide aux Victimes Economiques et Sociales de la COVID-19, David Lisnard a fait un point circonstancié sur son avancement et sur les aides concrètes apportées à celles et ceux que la crise sanitaire a durement frappés.

« Je n’évoque pas ici les très nombreuses et intenses actions de soutien aux entreprises, mais celles d’aide aux femmes et aux hommes – ancien salariés mais aussi beaucoup d’indépendants, extras, petits patrons, commerçants, artisans, etc – qui se retrouvent démunis socialement en raison de la crise liée au covid. Les semaines et les mois à venir s’annoncent toujours plus difficiles et nous imposent de redoubler de vigilance et d’attention à l’égard des personnes qui en ont besoin.

A ce jour, 259 personnes ont contacté la Cellule.

Pour rappel, celle-ci est joignable par téléphone, du lundi au vendredi de 9h à 12h, et de 13h30 à 17h30, au 0 805 38 23 23 (numéro vert avec un accueil personnalisé), et par mail à l’adresse soutiensocialcovid@ccas-cannes.fr.

De prime abord, je rappelle que le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de la Ville continue d’assurer ses missions sociales au quotidien en faveur des personnes âgées, des publics handicapés et plus généralement de chaque femme ou homme dans la difficulté. J’en profite pour saluer les personnels du CCAS dont je sais le dévouement et l’implication constante en ces temps de grande tension.
Sur le plan de l’aide financière, 197 personnes l’ont perçue à la suite d’une étude sociale approfondie de leur dossier. Cette aide pourra être reconduite si la situation du demandeur le justifie.

Concernant l’aide psychologique, l’étroite collaboration avec les psychologues de l’Hôpital de Cannes Simone Veil permet l’accompagnement de personnes en souffrance psychique. 16 personnes sont actuellement suivies avec la plus grande attention. Qu’il me soit permis de remercier Yves Servant, Directeur de l’Hôpital, pour le concours très bénéfique apporté par les professionnels de santé de son établissement.

Je précise qu’il existe une structure adéquate pour l’aide psychologique aux entrepreneurs nommée l’APESA (Aide Psychologique pour les Entrepreneurs en Souffrance Aiguë), joignable au 0 805 65 50 50.
Pour ce qui concerne l’aide juridique, je salue la venue le 14 janvier, en Mairie, de Monsieur le Bâtonnier Fabrice Maurel, Président de l’Ordre des Avocats au Barreau de Grasse, pour une réunion avec l’ensemble des partenaires et professionnels de la Cellule municipale. A la suite de ces échanges, je souhaite vous communiquer les informations capitales suivantes :

  • Le contexte de crise sanitaire et les confinements qui en ont découlé ont favorisé l’accentuation des violences intrafamiliales. Les conjoints et mineurs sont particulièrement touchés du fait de leur isolement. Par conséquent, les avocats du Barreau de Grasse ont fait le choix d’agir dans le cadre du programme « Assistance aux victimes de violences familiales » afin que lesdites victimes connaissent leurs droits et obtiennent une réponse juridique gracieuse immédiate. Une hotline, tenue par les avocats du Barreau, est ouverte 24h/24 7j/7 et joignable au 01.88.24.65.74. N’hésitez pas à en faire l’usage si vous êtes malheureusement concerné, ou l’un de vos proches, par une telle situation ;
  • Outre leur mission de conseil à tout citoyen qui le demande, les avocats se veulent tout particulièrement au chevet des aides-soignants, confrontés de plein fouet à la crise sanitaire. Ainsi, en lien avec la Commission Départementale d’Accès au Droit (CDAD), des avocats du Barreau de Grasse se déplacent chaque mois dans les hôpitaux du département afin d’apporter une aide juridique gratuite sur les difficultés rencontrées par les personnels hospitaliers, souvent sur des problèmes d’ordre bancaire ou de violences intrafamiliales. Nous veillons à ce que l’Hôpital de Cannes profite pleinement de ce dispositif. Je me permets d’ajouter que l’Antenne de Justice municipale (2 rue de la Verrerie, à Cannes la Bocca ; T. 04 89 82 22 00) propose une permanence avec des avocats spécialisés en droit social tous les vendredis de 9h à 12h ; vous pouvez aussi recourir, au même endroit, à un conciliateur de justice, qui assure ses permanences le mardi de 9h à 11h30, le mercredi de 14h à 17h et le vendredi de 9h à 11h30 ;
  • M. le Bâtonnier précisera l’aide à venir sur deux points essentiels que sont la gestion des impayés de loyers professionnels ainsi que l’aide consécutive à une perte d’exploitation pour les entreprises et la gestion du rapport avec l’assurance. Une aide juridique gratuite par téléphone est là aussi envisagée pour aider au mieux tout le panel d’indépendants qui sollicitent la Cellule et auxquels nous devons une réponse et des actes concrets.

Pour ce qui concerne l’aide économique, 177 personnes détenant une entreprise (sur 259 appels totaux, soit 68% ) ont à ce jour contacté la Cellule. Cette majorité d’oubliés n’a pas la culture du guichet et n’a souvent jamais passé la porte d’un service social. 121 d’entre eux ont été orientés vers la Direction municipale du Développement Territorial pour un point individuel et étudier les solutions envisageables et concrètement réalisables pour les extirper de leurs difficultés.

52 personnes ont été aiguillées vers Pôle Emploi. D’une part, un point est fait sur les difficultés concrètes rencontrées afin de les amener vers un travail qui leur correspond au mieux. La moitié d’entre elles bénéficie d’une formation professionnalisante, en partie à distance, dans des secteurs en lien avec leur profession initiale (hôtellerie, restauration..) ; l’autre moitié est dans l’attente de (re)trouver un emploi. De fait, dans le contexte actuel, les offres d’emplois sont bien moins nombreuses qu’à l’accoutumée. Enfin, 27 personnes, non connues des services de Pôle Emploi, font l’objet d’un accompagnement du PLIE (Plan Local Pluriannuel pour l’Insertion et l’Emploi) ; 25 d’entre elles ont été reçues physiquement. La moitié se trouve dans un dispositif d’accompagnement, avec une orientation vers la formation professionnalisante là aussi ; 8 déclarent être autonomes et ne pas vouloir être intégrées dans un dispositif d’accompagnement ; enfin, 6 parmi elles ont un emploi mais ressentent un besoin d’orientation au vu des jours et mois difficiles qui s’annoncent. »

Au coeur d’une crise sanitaire inédite, et tandis que son évolution ainsi que ses conséquences n’offrent guère de visibilité, David Lisnard est concrètement engagé, depuis près d’un an maintenant, sans interruption, auprès des Cannois et des professionnels locaux pour mettre en oeuvre toutes les mesures et actions possibles, souvent nouvelles et hors du champ municipal, en mobilisant ses équipes 7 jours sur 7 et l’ensemble de la chaîne des compétences, pour lutter contre le virus, protéger les habitants, préserver le tissu économique.

Consultez tous les articles > A la Une, En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative