Accueil > Dans les médias > David Lisnard officiellement candidat aux élections municipales

David Lisnard officiellement candidat aux élections municipales

Publié le jeudi 28 mars 2013 dans Le Cannois, édition du 28 mars au 3 avril 2013

Capture d'écran 04:04:13 09:32

Le premier adjoint au maire de Cannes, David Lisnard, a enfin déclaré sa candidature aux élections municipales 2014. Une annonce attendue, qui à un an de l’échéance, lui permet de se lancer dans la campagne. Le candidat promet aux cannois d’innover tout en s’inscrivant dans la continuité du travail réalisé auprès de Bernard Brochand.

Le cannois : Après avoir longtemps attendu pour annoncer votre candidature, pourquoi vous déclarez aujourd’hui ?

David Lisnard : Je crois qu’il suffit de lire les titres de la presse pour voir que les médias, et donc les citoyens, sont en train de se focaliser sur la campagne municipale. Certains candidats, déclarés ou non, font déjà campagne. Je crois qu’il ne faut pas être naïf face à cela, c’était le moment de dire les choses.
Je tenais simplement à ce que le vote du budget de la Ville soit effectué, ainsi que le vote du budget di SICASIL, et ce que l’intercommunalité soit sur les rails. Cela me paraissait respectueux des bonnes échéances vis-à-vis des cannois, qui n’auraient pas voulu d’une campagne trop longue, vis-à-vis des dossiers à traiter, et vis-à-vis du maire. Je tenais à respecter une gestion du temps normale. Nous sommes à 11 mois des élections, les comptes de campagne sont ouverts depuis le 1er mars, il me paraissait donc que c’était le moment de clarifier ma position et d’enclencher cette nouvelle séquence.

LC : Après deux mandats aux côtés de Bernard Brochand, comptez-vous vous inscrire dans la continuité ou voulez-vous lancer votre projet vers de nouvelles priorités ?

D.L : Les deux. Je crois qu’il faut être dans la continuité de ce qui a été fait, et de ce qui a été bien fait. J’en assume ma part pleinement. Je m’inscris donc dans la continuité, mais aussi dans la nouveauté, puisque je vais porter un nouveau projet, avec une nouvelle équipe, avec ma personnalité, et avec la volonté d’écrire une nouvelle page de l’histoire municipale de Cannes. Je crois que dans la vie, l’une des clés de la réussite est de tenter de tirer le meilleur profit de l’expérience, de respecter ce qui a été fait par le passé, tout en essayant d’innover et de donner un nouveau souffle. Je veux adapter notre ville au nouveau monde, c’est vraiment dans cet état d’esprit que j’aborde cette élection.

LC : Pouvez-vous donner quelques pistes sur ces innovations que vous voulez porter ?

D.L : Il est encore un peu tôt pour cela. Aujourd’hui j’ai fait acte de candidature. J’ai aussi lancé une grande consultation des Cannois sur mon site internet (www.lisnard2014.fr), et j’ai commencé à écrire mes idées, ma vision. Je vais maintenant lancer des ateliers de travail pour finaliser mon projet au vue de mes idées et des idées proposées par les Cannois, et ce projet sera dévoilé progressivement.
Ce que je puis dire, c’est que les Cannois m’élisent – et j’aborde cette élection avec beaucoup d’humilité – ma volonté est d’être le maire des habitants. Je veux tourner l’action politique vers la qualité de vie des habitants, et en faire notre meilleur atout pour l’attractivité de la ville. Cannes a une identité originale, nous devons absolument préserver le caractère d’une ville  taille humaine et parallèlement assumer le rayonnement international de Cannes. Il faut concilier de façon équilibrée et complémentaire ces deux approches. Sans dévoiler un programme cela ira de la concrétisation du pôle universitaire pour notre jeunesse à – je l’ai déjà dit donc je confirme – la réalisation d’une salle  des fêtes. Ma volonté est de rendre la vie et la ville plus pratiques. Cannes, je la veux unique et unie. C’est un vrai choix de vie que je présente à cette élection.

LC : Quelle sera à l’avenir la place de Bernard Brochand à vos côtés, durant la  campagne puis,  en cas de victoire, dans votre équipe ?

D.L : Bernard Brochand m’avait informé depuis longtemps de son souhait de ne plus être maire de Cannes. De mon côté, j’ai eu moi aussi mon processus de maturation, c’est une décision de maturité qui est prise. Je lui ai fait part de mon souhait de me présenter, il m’apporte aujourd’hui son soutien plein et entier.
Récemment, Bernard Brochand m’a dit vouloir continuer à travailler à la mise en place de l’intercommunalité. Je pense que je serais bien idiot de me priver de l’expérience et du savoir-faire du député-maire de Cannes. Aujourd’hui il est bien trop tôt pour annoncer une liste, mais ce que je peux dire, c’est que Bernard Brochand m’a fait part de son souhait d’être conseiller municipal pour s’occuper de l’intercommunalité, et que je lui ai fait part de ma volonté qu’il m’accompagne. Cela fait 12 ans que l’on travaille ensemble, je suis très heureux que l’on puisse continuer. C’est un choix très personnel de sa part, à 74 ans, il veut continuer à servir sa ville et s’inscrire dans ce nouveau projet.
Ce sera donc une équipe renouvelée qui va s’appuyer sur l’expérience. Nouveauté et expérience, je crois que c’est l’équilibre qui peut être gagnant pour cette ville. C’est la meilleure liste possible, avec les valeurs d’honnêteté, de compétence, de loyauté et de travail. Mon équipe sera représentative de la diversité de Cannes, de ses quartiers, de toutes les origines, une équipe à l’image de notre ville.

LC : On annonce un duel fraticide face à Philippe Tabarot. Comptez-vous obtenir l’investiture de l’UMP,  et comment vous placez-vous face à ce candidat ?

D.L : Je réfute cette vision des choses. Tout d’abord, nos n’avons pas de lien de parenté, j’ai un grand frère. Ensuite, je ne veux pas réduire cette élection à un duel. Il y aura d’autres candidats, je les respecterai. Il serait très irrespectueux des Cannois comme des autres candidats que d’avoir cette approche.
Concernant l’investiture  de mon parti, je ne vois pas sur quel critère objectif l’UMP pourrait investir quelqu’un d’autre que le premier adjoint au maire sortant qui a porté les couleurs de l’UMP depuis des années, soutenu  par le maire de Cannes, député UMP jusqu’en 2017. Pour moi, cette investiture est naturelle.

LC : La presse met en avant les relations entre Philippe Tabarot et sa sœur, Michèle Tabarot, haut placé dans l’organigramme de l’UMP.

D.L : Mon frère est haut placé dans la fédération des entreprises de biens à la personne, je ne prétends pas pour autant avoir un accès privilégié aux biens de la personne. J’ai toujours dit qu’une élection municipale n’était pas une élection partisane, j’y vais avec la volonté de concevoir  le meilleur projet possible pour répondre aux attentes  des habitants de ma ville, où sont nés mon arrière grand-père, mon grand-père, mon père et mes enfants. J’y vais avec la volonté de rassembler les Cannois au-delà des clivages partisans. Ma liste sera une démarche d’intérêt communal. Avec bien sûr le souhait que ma candidature, ma personnalité, mon projet, mon équipe soient investis et soutenus par l’UMP, et pourquoi pas par d’autres.

LC : Qu’avez-vous à dire aux Cannois aujourd’hui ?

D.L : Je suis un des leurs. J’appartiens à un milieu simple. Je crois à la franchise et à la fiabilité des relations humaines. Je veux les servir, avec l’amour de ma ville, avec l’exigence de la fiabilité de l’action et du concret. Je ne veux pas m’engager dans une démarche politicienne.

Propos recueillis par Mathieu Mougeolle.

Consultez tous les articles > Dans les médias

Google Analytics Alternative