Accueil > A la Une > En action > Pour Cannes > David Lisnard, élu maire de Cannes à l’unanimité

David Lisnard, élu maire de Cannes à l’unanimité

Samedi matin, la nouvelle assemblée communale a procédé à l’élection du maire de Cannes. David Lisnard a recueilli 100% des suffrages des élus pour mener à bien le nouveau projet de mandat dans le contexte inédit sur les plans sanitaire, social et économique à la suite de la pandémie du Covid-19.

Après avoir rendu hommage aux victimes du Covid-19 et aux personnalités locales disparues au cours des derniers mois, dans le cadre d’une minute de silence observée en ouverture de son propos, David Lisnard a rappelé le caractère hors norme de cette installation.

« Aujourd’hui, c’est donc dans cette double et tragique crise, sanitaire et économique-social, que nous sommes appelés à prendre nos responsabilités.

En cela déjà, cette installation du Conseil municipal n’a rien en commun avec les précédentes. Mais elle marque sa singularité aussi par le score obtenu par notre liste qui confère à notre municipalité l’intégralité des sièges électifs.

Comment dire ici, ce que cela signifie de confiance et d’attente, d’exigence aussi, de la part des habitants, dans chaque quartier de la ville, qui nous ont confié, de façon exclusive sur le plan administratif, le destin de notre ville.

Bien sûr, il y a là l’expression d’une validation de ce que l’équipe sortante, que j’ai eu l’honneur et le bonheur de conduire durant six ans, a entrepris et réalisé pour donner à Cannes une nouvelle énergie comme c’était son engagement. J’adresse un salut amical et fidèle aux anciens élus, qui ont participé avec compétence et dévouement au mandat qui s’est achevé.

Il y a eu aussi le choix d’un nouveau projet. Nous ne sommes venus ni les mains vides ni dans les poches. Nous avons été élus avec des engagements, une vision, et l’irrésistible envie de servir notre ville et ses habitants, pour que chacun y trouve sa place, puisse y faire sa place, c’est à dire se construire, s’épanouir, réaliser un projet de vie, de construction familiale, d’activité professionnelle, puis de repos, de détente, de loisirs. Avec la volonté farouche aussi de faire avancer Cannes, de faire gagner notre ville, de la rendre toujours plus à la fois rayonnante et fidèle à son identité provençale, une ville à taille humaine bien dans son époque et qui respecte son passé, notre « village mondial » où il fait bon vivre et où il est bon d’entreprendre, où la jeunesse peut et doit avoir des projets.

Il est là notre projet, elle est là notre ambition. Faire avancer Cannes collectivement pour permettre à chacun d’avancer aussi individuellement.

Après ce temps d’épreuve sanitaire qui se prolonge sous ses aspects économiques et sociaux, nous devons plus que jamais porter, incarner et concrétiser une nouvelle espérance, un avenir possible, pour tous les Cannois, j’entends donc bien sûr dedans tous les Boccassiens.

Nous le savons déjà, cette année et au moins la suivante seront historiquement difficiles et peut-être même fatales pour de nombreux entrepreneurs, commerçants, artisans, et donc pour leurs salariés. Je viens de cet univers, celui des petits commerçants, de ceux qui engagent ce qu’ils ont dans leur entreprise. Je sais ce qu’ils affrontent, ce qu’ils ressentent, ce qu’ils vivent. Nous serons plus que jamais, dans la mesure de nos moyens communaux, à leurs côtés.

Il va nous falloir aussi sauver les finances et nos services publics locaux, tout en préservant les contribuables que nous sommes tous.

Cette pandémie a déjà un coût pour la mairie et notre Communauté d’Agglomération de 21 millions d’euros, en tenant compte des pertes de recettes, des dépenses supplémentaires dans le cadre du dispositif d’aides que nous avons mis en place, et malgré les dépenses traditionnelles non réalisées.

Et il va falloir faire face. Il va falloir être imaginatifs, créatifs, plus économes que jamais, avec « ostinato rigore » comme disait Léonard de Vinci, c’est à dire avec une « rigueur obstinée » pour à la fois tenir nos engagements, réaliser notre projet de mandat qui a été validé, choisi, par les Cannois sans déroger à notre orthodoxie financière.

Oui, la période qui s’ouvre devant nous, ce temps trouble et incertain, nous impose une triple mission :

  • sauver, rétablir et consolider notre collectivité, la mairie et l’intercommunalité ;
  • soutenir les habitants, les professionnels, le tissu humain local dans une épreuve économique et sociale jamais affrontée depuis la dernière Guerre mondiale. C’est bien à une reconstruction de société, voire, à plus grande échelle, de civilisation que nous sommes appelés ;
  • et malgré tous ces paramètres, tous ces handicaps, tous ces obstacles, appliquer comme je le disais le projet de mandat, dans le respect des principes qui sont à la base de mon engagement, qui constituent le ciment de notre équipe pour que Cannes avance : le rétablissement financier puis le retour à une trajectoire d’assainissement par la baisse de la dette, la sobriété fiscale pour continuer de protéger les contribuables, l’optimisation des dépenses et recherche de qualité du service donné.

Enfin, nous poursuivrons la reconstruction du lien civique au sein de notre cité dont les épreuves traversées, lors des intempéries de 2015 et de 2019, lors de cette pandémie du covid-19, ont montré l’extraordinaire progrès dans l’expression de la solidarité collective citoyenne.

C’est ce qui m’a porté tout au long de cette période de longues journées et de nuits veillées. C’est dans ce beau lien communautaire que j’ai puisé la ressource contre l’adversité de la situation, pour innover avec les équipes, répondre aux urgences, anticiper et pallier les carences d’un Etat centralisateur aux dérives technocratiques.

Nous le pressentions. Nous en avons eu la confirmation. A ce niveau là aussi les choses vont devoir changer, mais c’est un autre débat qui se tiendra à un autre moment.

Aujourd’hui, nous avons un contrat avec les Cannois. Ils nous ont donné mission de toujours faire avancer Cannes.

De faire avancer Cannes dans la lutte contre l’incivisme.

De faire avancer Cannes dans la citoyenneté avec une nouvelle démocratie particip’active. La règle électorale nous a confié certes l’exclusivité de cette assemblée communale, mais rien ne serait plus dangereux, stérile, et pervers que de cultiver l’entre soi. Il y a au sein de notre ville plusieurs courants de pensée, il y a plusieurs manières d’aborder la vie et son quotidien, il y a des réalités et des perceptions différentes. Eh bien, nous serons à l’écoute de toutes les opinions. Nous serons à l’écoute et nous allons créer les instances pour leur permettre de s’exprimer. Nous allons mettre en place de nouveaux outils participatifs et représentatifs. Je pense par exemple à la création d’un conseil consultatif ouvert à des personnalités extra-municipales, y compris connues pour leur engagement différent afin de mettre en débat le pluralisme de notre ville. Il n’y a pas de démocratie sans débat.

Nous avons la mission de faire avancer Cannes :

Avancer Cannes dans la sécurité de tous. Je concrétiserai avant la fin de l’année l’îlotage de nuit par la police municipale, tel que proposé dans mon projet de mandat.

De faire avancer Cannes dans la préservation de notre environnement naturel, urbain et maritime. Les plans arbres dans la ville, îlots végétaux dans les écoles, antiplastiques seront lancés avant cet été, de même que de nouvelles mesures de protection des fonds marins et de protection de l’équilibre écologique de notre baie.

De faire avancer Cannes dans la prévention des risques majeurs pour toujours mieux protéger nos concitoyens. La lutte contre les inondations est une priorité constante qui, même pendant le confinement, s’est traduite en actes, notamment en travaux sur le réseau de vallons à la Bocca dans le secteur du Devens et de l’argentière.

De faire avancer Cannes en matière d’offre d’activités et de services pour la jeunesse, pour les familles, dans la pratique sportive.

De faire avancer Cannes dans le lien social et intergénérationnel.

De faire avancer Cannes dans la formation, l’éducation, le développement culturel et la préservation du patrimoine collectif.

De faire avancer Cannes dans son attractivité, son modèle économique, pour y renforcer l’emploi.

De faire avancer Cannes dans nos modes de déplacement, de transport et de stationnement afin d’accentuer l’attrait des centres villes et donc l’activité de nos commerçants.

De faire avancer Cannes dans sa qualité de vie quotidienne, par de nouvelles opérations de rénovation de quartier, la création de nouveaux espaces verts, la propreté.

Une belle ambition nous porte avec la volonté de faire, d’agir. Une belle aventure humaine nous est proposée de partager avec tous les Cannois. Elle est exigeante, elle est permanente. Comme l’écrivait Honoré de Balzac : « Le travail constant est la loi de l’art comme celle de la vie ».

A vous mes chers collègues d’en faire une réalité constante dans notre mandat. Ce que je veux vous dire aussi, c’est que vous n’êtes pas seulement les membres d’une assemblée délibérante. Vous êtes désormais des élus responsables, des élus en mission, des élus de projets. Vous allez recevoir vos délégations, mais elles ne vous enferment pas, elles ne vous cloisonnent pas, n’en faites jamais des citadelles individuelles. Elles sont faites pour le fonctionnement quotidien de l’appareil municipal, Elles doivent se rencontrer, se parler, se compléter autour des projets que nous allons mettre en œuvre dans un esprit de cohésion.

C’est pour cela que je vais mettre en place des pôles de délégations municipales et donc d’autant de compétences qui regrouperont plusieurs adjoints avec leurs subdélégués pour éviter le fonctionnement en silo, pour travailler en mode projets de manière horizontale.

Ainsi, nous aurons un pôle Performances publiques qui comprendra l’organisation interne, le management, les ressources, le suivi budgétaire et les finances, les économies et la défense des contribuables, le juridique, la démarche qualité, la simplification pour les usagers, le suivi des projets du mandat et des ports.

Nous aurons aussi un pôle Développement de Cannes qui s’occupera de l’université, du tourisme et de l’événementiel, de la Smart City, de l’environnement et du développement durable, de la mobilité, du commerce et de l’artisanat, des travaux, de l’attractivité.

Nous aurons encore un pôle Actions pour les habitants qui mènera l’action en faveur du sport, de la culture, de l’éducation, de la petite enfance, du logement, de la jeunesse et de la famille, de l’animal citadin, des quartiers.

Enfin, un dernier pôle Protection de Cannes et des Cannois qui coordonnera les missions liées à l’environnement, l’urbanisme, le patrimoine, les risques majeurs, la sécurité, la santé, le social.

Les arrêtés de délégation seront signés dès cet après-midi pour une mise en action immédiate.

L’administration communale sera également réorganisée de la sorte. De nombreuses évolutions seront annoncées dans les prochaines semaines, de même que des changements importants dans la direction de l’administration et le cabinet, pour régénérer nos forces, permettre aux vocations de toujours mieux se révéler, ne pas nous endormir sur nos lauriers, essayer de nouvelles formes de travail.

Travailler, nous nous y mettons dès aujourd’hui. Etre utile, nous le serons durant ces six années qui viennent. Elles seront hors du commun.

Hors du commun le score qui nous a conduit là. Vivons le comme une  grande exigence de rigueur et de rectitude.

Hors du commun la configuration de cette assemblée, qui nous confère un devoir supplémentaire de transparence et de démocratie collaborative.

Hors du commun le contexte de notre réunion, alors que la maladie endeuille le monde.

Hors du commun les défis qui nous attendent : sanitaire. Nous y sommes encore.

Hors du commun la crise économique et sociale, avec sa réalité humaine douloureuse et parfois tragique, que nous commençons à affronter. Il s’agit de la crise la plus violente depuis la seconde guerre mondiale. Plus que les chocs pétroliers, la crise de la guerre du Golfe, le tsunami financier de 2008. Nous vivons une période dramatique pour l’économie et l’emploi ; pour l’identité même de notre territoire, à la fois locale et internationale.

Hors du commun le défi démocratique. État obsolète.  Dans les mois qui viennent, nous ne pourrons faire l’économie d’une réflexion approfondie sur l’organisation de l’État et sur le rôle des collectivités locales. Dans un monde complexe, notre capacité à décider ne peut souffrir d’une administration bureaucratisée qui pervertit l’État régalien et asphyxie la société. Chaque jour, nous le savons dans cette assemblée, l’action est entravée un peu plus et l’État lui-même, géant aux pieds d’argile, s’écroule sous le poids des normes et des règles qu’il ne cesse d’édicter.

Nous avons besoin de moins de règles mais de règles claires. De moins d’État mais d’un État fort. De moins de contraintes pour davantage d’initiatives locales.

La crise que nous venons de traverser a révélé dans un même mouvement les défaillances de l’État et la capacité des maires à répondre avec célérité et agilité aux besoins immédiats de leur population. 

Depuis 45 ans, à force de se vouloir omnipotent, l’État est devenu impotent. Impuissant à assurer la mission essentielle qui est la sienne – la sécurité, la protection des Français – le voilà qui ajoute toujours plus de contraintes à, l’action et parfois entrave des libertés.

« C’est au prix de la simplicité et de la proximité que nous retrouverons le sens de la performance publique ». Et c’est d’abord au sein de nos communes, lieux par excellence de l’exercice démocratique, sans craindre la responsabilité qui va de pair ni le contrôle a posteriori, et en l’assumant pleinement, que nous devons rallumer la flamme de la créativité, la flamme de la responsabilité, la flamme de la liberté et d’abord de la liberté d’agir pour le bien de tous. 

Société éclatée. Nation déboussolée.

Ces défis sont hors du commun ; ajoutés aux immenses défis du numérique, avec tout ce qu’ils comportent d’opportunités et de dangers, et du changement climatique, voilà qui rendent étourdissantes les six années de travail municipal qui nous attendent. »

A l’issue de cette séance inaugurale d’installation du Conseil municipal, David Lisnard, accompagné des élus a, comme le veut la tradition, déposé une gerbe de fleurs au monument aux morts en hommage aux Cannois morts pour la France.

Consultez tous les articles > A la Une, En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative