Accueil > En action > Intempéries du 3 octobre 2015 : Hommage, bilan et perspectives deux ans après

Intempéries du 3 octobre 2015 : Hommage, bilan et perspectives deux ans après

Les violentes intempéries qui ont endeuillé la Côte d’Azur le 3 octobre 2015 ont connu leur paroxysme à Cannes (175 mm d’eau en deux heures, 152 mm à Mandelieu-la-Napoule, 109 mm à Antibes, 97 mm à Valbonne, et 89 mm à Nice).

Cannes n’oublie pas. Deux ans après ces tragiques inondations qui ont marqué à jamais les Cannois et l’ensemble des habitants du bassin de vie, David Lisnard, Maire de Cannes, a rendu hommage aux victimes, lundi 2 octobre, lors d’une cérémonie de recueillement devant le Monument aux Morts de l’Hôtel de Ville.

A l’issue, le maire de Cannes a tenu une conférence de presse pour présenter le bilan des actions concrètes réalisées et les perspectives du Plan de Prévention du Risque inondations à Cannes et dans l’agglomération.

Après avoir accompagné les Cannois face à l’urgence il y a deux ans, la Mairie de Cannes a mis en place un dispositif d’accompagnement pérenne afin de répondre aux besoins à plus long terme : numéro vert d’urgence, assistance juridique, aide aux entreprises, collecte de dons etc. La Municipalité a également œuvré sur le terrain pour réaliser de nombreux et conséquents travaux de réparation et de prévention (pour rappel, il y a eu 300 millions d’euros de dégâts matériels dont 40 millions d’euros sur le domaine public communal), a accompagné avec le Centre Communal d’Action Sociale les sinistrés pour les reloger, a accentué le nettoyage des vallons, à améliorer l’alerte et la formation civique et mis en place un plan de prévention des risques majeurs.

Avec une politique « extrêmement volontariste, quand un événement de ce genre se produit, vous devez, en tant que maire, apporter des réponses aux habitants, qu’elles soient logistiques, humaines, matérielles… Il y a eu de la part de nos services municipaux un travail instantané ce soir-là », a insisté le Maire de Cannes.

À ce titre, le personnel municipal et les publics ont été entrainés à faire face aux risques majeurs, comme par exemple avec la mise en place de dispositifs pour surélever les nourrissons facilitant ainsi l’évacuation des crèches, ou encore le  déploiement de cordes pour baliser le parcours à suivre des enfants évacués. L’alerte au population a été également renforcée avec l’installation de 140 haut-parleurs, des alertes téléphoniques, et la difusion d’informations multi-réseaux. Pour faire face à la gestion des risques et mieux coordonner les opérations, la Municipalité s’est équipée d’outils de cartographie 3D, de téléphones satellites et d’une plateforme de gestion des risques. Cet outil peut simuler, analyser, et permet ainsi une meilleure gestion des crises. Il permet de visualiser géographiquement le territoire (au-delà des seules limites de la commune), d’en avoir une vision stratégique comme opérationnelle (sites à protéger, sites de repli, routes à fermer, etc.) et de croiser les informations.

La prévention et l’urbanisme sont aussi  au cœur de la stratégie municipale, la problématique « inondation » est en cours d’intégration à la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Au cas par cas, la délivrance des permis de construire est soumise à un diagnostic de vulnérabilité et des analyses complémentaires plus poussées. Lorsque les conditions ne sont pas réunies, les permis de construire sont refusé  a indiqué le Maire de Cannes : « Le nombre de permis de construire a été fortement divisé à Cannes, selon un principe de prudence mais aussi par souci d’équilibre urbain ».

La culture du risque est au centre du dispositif de prévention et la Municipalité multiplie les actions pour sensibiliser la population. Vingt-trois repères « Plus Hautes Eaux Connues » ont été installés dans les vallons de la Foux, des Gabres, du Riou et de la Frayère pour garder la mémoire de l’événement du 3 octobre 2015. L’application « MYPREDICT » est également disponible et recommandée car elle permet d’être automatiquement alerté en temps réel en cas de risque par un système de géolocalisation afin « d’aider les citoyens à être des éléments forts de réduction de l’impact des intempéries » comme l’a rappelé David Lisnard, qui est conscient que la technologie doit être au service du bien commun.

« Nous devons avoir une culture du risque qui accompagne autant les services municipaux que les populations » a conclu David Lisnard. « Lors d’un événement comme le 3 octobre 2015, les premières minutes sont capitales d’où la nécessité d’anticiper. Nous devons capitaliser sur ces expériences pour sortir plus forts.»

Consultez tous les articles > En action

Google Analytics Alternative