Accueil > Dans les médias > Pour Cannes > L’art et la culture sont des armes de République massive

L’art et la culture sont des armes de République massive

Atlantico (14 juin 2019).

Retrouvez la tribune consacrée à la politique 100% Éducation Artistique et Culturelle de David Lisnard : Vecteur essentiel de développement et d’épanouissement individuel, l’Éducation Artistique et Culturelle, pour paraphraser Edgar Morin, est une arme de liberté, d’égalité et de fraternité massive qui doit nous permettre à la fois de refaire communauté nationale et de briser les déterminismes sociaux, en ouvrant à chacun un égal accès à la culture. Promouvoir cette égalité des chances et cette ouverture, c’est en effet prendre à bras le corps la question soulevée par Pierre Bourdieu relative à la domination culturelle et à la reproduction sociale pour permettre à chaque individu de s’émanciper, se sentir légitime et « à sa place », se défaire des « habitus » qui nous conditionnent. Car si la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 affirme que « toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle », encore faut-il lui en donner les moyens. Mais la transmission de ce qui a trait à notre culture française et à nos arts est aussi une nécessité pour lutter contre le vide de la pensée ainsi que contre toute idéologie obscurantiste et tout séparatisme qui viserait à ériger le multiculturalisme comme horizon inéluctable. Pour lutter contre ces tentations mortifères, notre société a besoin de citoyens éclairés au sens entendu par les Lumières, ce que le marquis de Condorcet avait parfaitement énoncé dans son célèbre discours sur « l’organisation générale de l’instruction publique » en avril 1792. Fédérer autour de valeurs communes qui fassent sens et cimentent la nation, voilà l’une des clés que la culture nous donne pour ne pas laisser notre démocratie en proie aux démons de l’incivisme, du consumérisme, de l’individualisme, du communautarisme, du relativisme, et du nihilisme qui en résulte. Elle est un rempart que nous devons ériger et renforcer génération après génération en faisant en sorte que chaque enfant de la République s’approprie l’exceptionnelle richesse de notre héritage culturel. Il y a soixante ans, un décret du Général de Gaulle en date du 24 juillet 1959 instituait la création du premier ministère de la culture et donnait notamment pour mission à son Ministre André Malraux « de rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français ; d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel ». Ce partage des grandes œuvres de l’esprit doit servir à constituer un socle commun, un ferment d’appartenance à une seule et même communauté nationale sans distinction d’origine, de sexe, de religion, d’âge ou de classe sociale. Il doit également être un facteur d’intégration pour les nouveaux arrivants qui doivent s’imprégner de notre culture pour la faire leur. C’est en conduisant notre jeunesse à partager les racines de notre culture et en menant une politique d’Éducation Artistique et Culturelle à destination de tous que nous parviendrons à construire un avenir qui permette à chaque enfant et adolescent de s’accomplir individuellement et de se construire comme citoyen. En tant que Maire, il me paraît capital de souligner que c’est à l’échelon local, comme souvent, que les initiatives les plus pertinentes peuvent et doivent être prises. À Cannes, les arts et la culture font intégralement partie de notre mode de vie et il était dès lors naturel que nous mettions tout en œuvre pour devenir la première ville française labellisée 100% EAC en offrant depuis la rentrée 2017 à chacun des 17 000 élèves Cannois, de la maternelle au lycée, dans le public comme dans le privé, la possibilité de participer à un projet d’Éducation Artistique et Culturelle et d’aller à la rencontre des artistes. En mobilisant l’ensemble des acteurs impliqués dans le monde artistique et culturel cannois (musées, Orchestre régional de Cannes, Conservatoire de musique et théâtre, École régionale d’acteurs de Cannes, pôle national supérieur de danse Rosella Hightower, Cannes Cinéma, Palais des Festivals et des Congrès) en partenariat avec l’Education Nationale et le Ministère de la Culture, nous avons souhaité développer un parcours cohérent qui soit à la mesure des enjeux. Je crois fermement que la garantie d’un égal accès aux arts et à la culture est liée à une meilleure prise en compte de ces questions à l’échelle des communes. Si l’État doit évidemment fixer le cap, comme le font avec conviction – hors de toute considération partisane – Jean-Michel Blanquer et Franck Riester, nous avons, élus locaux, un rôle éminent à jouer et une responsabilité qui nous oblige vis-à-vis de notre jeunesse pour hisser ce haut dénominateur commun qu’est la culture au rang de priorité. En écrivant que « les institutions communales mettent la liberté à la portée du peuple », Alexis de Tocqueville rappelait déjà cette évidence et ce nécessaire affranchissement d’une tutelle étatique qui entrave parfois la capacité d’agir. En œuvrant au quotidien pour une Éducation Artistique et Culturelle qui dépasse même l’enceinte des établissements scolaires, nous œuvrons non seulement pour la liberté mais aussi pour l’égalité des chances et la fraternité autour de valeurs communes. André Malraux a déclaré que « la culture est l’héritage de la noblesse du monde et la seule force en face de la nuit ». Aussi, pour que la République continue de veiller sur chacun de ses enfants et lui permette de devenir un citoyen libre de ses choix, agissons pour que les arts et la culture nous éclairent et nous guident.
Consultez tous les articles > Dans les médias, Pour Cannes

Google Analytics Alternative