Accueil > A la Une > En action > Pour Cannes > Le Conseil municipal adopte le budget 2020 dans un contexte de crise

Le Conseil municipal adopte le budget 2020 dans un contexte de crise

Dans un contexte de crise sanitaire, économique et sociale inédit, la Mairie de Cannes a construit son budget 2020, adopté le 22 juin 2020 en Conseil municipal, autour des principes fondamentaux instaurés par David Lisnard tout au long du mandat précédent. Ainsi, malgré les incertitudes des équations budgétaires dues au Covid-19, grâce à la solidité de l’organisation actuelle de la commune et à l’excellence du bilan du compte administratif municipal 2019, le budget primitif 2020 est caractérisé par la maîtrise des dépenses de fonctionnement, la non augmentation des taux communaux des impôts locaux, le maintien des abattements fiscaux malgré les pertes financières induites par la crise, la poursuite du désendettement et un investissement conséquent pour l’avenir de Cannes (71 M€) afin de relancer un cercle vertueux.

 

Présentés et validés le 22 juin 2020 en Conseil municipal, les résultats du compte administratif 2019 de la Mairie de Cannes sont à marquer d’une pierre blanche. Par son orthodoxie financière et sans recours au levier fiscal, la Mairie de Cannes a su dégager les marges financières nécessaires pour réaliser 65,3 M€ d’investissement tout en poursuivant son désendettement avec -55,51 M€ depuis 2014 et en baissant ses dépenses de fonctionnement de plus de 1 M€ (-0,61%).

Ces chiffres sont le fruit du principe de rigueur bénéfique, initié par David Lisnard et attesté par la Chambre Régionale des Comptes en 2018, qui démontre son efficacité depuis 2014. Ce principe a aussi permis à la Mairie de Cannes d’amortir plus sereinement la survenue de crises, dont les intempéries de novembre et décembre 2019 et celle, historique, du Covid-19 – tout en assumant ses investissements et en se projetant sur un budget municipal 2020 porteur de solidité, d’avenir et protecteur des intérêts des contribuables.

« L’excellence des résultats financiers 2019 issus de la rigueur bénéfique initiée depuis 2014 nous a permis de capitaliser les excédents et d’aborder de manière plus sereine les conséquences désastreuses du Covid-19. Pour 2020, la Mairie de Cannes ne change pas ses objectifs premiers de protection des contribuables et de qualité de services, mais un nouveau cycle s’ouvre, particulièrement difficile et exigeant, pour concilier cet effondrement budgétaire à la volonté de protéger durablement les contribuables, tout en assumant les investissements prévus afin de dynamiser la ville. Nous améliorons la productivité des équipes municipales, adaptons notre stratégie à la réalité budgétaire post-Covid tout en lançant nos projets. C’est une nécessité absolue afin de retrouver, dès que possible, un cycle vertueux de développement car la capacité d’investissement est un facteur de reprise économique. » David Lisnard, maire de Cannes

 

0 % d’augmentation des taux d’impôts communaux pour protéger les contribuables

Dans un contexte de récession mondiale, où la France devrait voir son P.I.B. reculer de 11% en 2020 et accuse déjà une dette de plus de 121% du P.I.B., le territoire cannois subit les effets directs d’une interruption brutale de la fréquentation touristique. Les pertes financières induites pour la destination Cannes sont estimées à ce jour à 500 M€, le Palais des Festivals et des Congrès voit aussi son chiffre d’affaires reculer de 25 M€ par rapport à 2019.

Avec des perspectives de reprise encore très incertaines à l’issue du confinement de la population, le coût induit par la crise du Covid-19 sur les finances communales est estimé à 11,5 M€, tous budgets confondus.

Les recettes de fonctionnement de la commune subissent durement la crise économique. Sur le seul budget principal, en construction du budget primitif, les recettes reculent de -2,62% par rapport à 2019. Les pertes de recettes liées à la fréquentation touristique (taxe de séjour, produit des jeux de casino, etc.) et à la dynamique du marché immobilier sont évaluées à plus de 6,6 M€.

Malgré tout, pour compenser ces pertes, la municipalité n’aura pas recours au levier fiscal, protégeant ainsi les contribuables cannois. De même, les abattements fiscaux ne seront pas réduits. Pour rappel, la détermination de la municipalité en la matière a d’ailleurs été saluée par la Chambre Régionale des Comptes dont le rapport 2018 mentionnait qu’« à la différence d’autres communes de la région PACA, Cannes n’a pas réduit les abattements pour compenser la diminution des dotations de l’Etat ».

Avec cette politique fiscale volontariste, Cannes figure parmi les villes de sa strate où les taux des impôts locaux sont les plus bas, préservant ainsi le pouvoir d’achat des Cannois et accentuant l’attractivité de la ville.

Des dépenses de fonctionnement contenues

En 2020, face aux charges supplémentaires rendues indispensables pour contrer le Covid-19, l’évolution des dépenses de fonctionnement est contenue (0,32% par rapport au budget primitif 2019).

En matière de charges de personnel, la gestion rigoureuse des effectifs permet de compenser partiellement les mesures gouvernementales (remplacement de primes par des points d’indice, compensation de la hausse de la C.S.G., etc.) qui, à elles seules, augmentent mécaniquement la masse salariale de plus de 900 K€. Pour autant, sans remettre en cause la politique sociale de la Mairie, les charges de personnel n’évoluent que de 0,38 %.

Les associations constituant un des moteurs de l’animation sociale, culturelle et sportive de la collectivité, la municipalité continue de soutenir ce tissu dense. Les subventions sont donc ajustées aux besoins réels de ces structures qui entendent les problématiques financières rencontrées par la commune dans une période critique pour les finances publiques locales.

La poursuite du désendettement communal dans un contexte difficile

Fin 2020, l’endettement de Cannes aura diminué d’un million d’euros, soit une baisse de 56,51 M€ depuis 2014.

Avec une capacité de désendettement de 3,89 années, très en-deçà de la moyenne des villes françaises de taille équivalente et a fortiori des seuils d’alerte fixés par l’Etat, la dette ne représentant que 81% des recettes réelles de fonctionnement et ne présentant aucun emprunt toxique, la situation de la Mairie de Cannes en la matière est particulièrement saine. Cannes dispose ainsi d’une signature de qualité, qui lui permet de bénéficier de prêts bancaires à des taux très bas, le taux moyen de l’encours s’établissant, fin 2019, à 1,70%.

En outre, le travail constant de renégociation de la dette génère d’importantes économies de gestion. Grâce au désendettement réalisé depuis 2014, les frais financiers ont diminué de 1,126 M€ sur la période, preuve de l’efficacité d’une démarche vertueuse. Ils baisseront de 5,71% en 2020 par rapport à 2019 !

71 millions d’euros d’investissements au service des Cannois

La municipalité continue d’investir dans tous les quartiers pour améliorer les espaces et les équipements publics, pour tous les Cannois et les visiteurs, en faveur de la qualité de vie et de l’attractivité, gage de la reprise économique. Ainsi, 71 M€ d’investissements sont prévus au budget 2020.

Le montant des dépenses proposé illustre la volonté de la municipalité de poursuivre son ambitieux mais réaliste programme d’investissement qui comprend notamment pour 2020 :

  • le réaménagement du site de la Bastide Rouge en vue de la création du campus universitaire ainsi que les aménagements extérieurs du projet (montant du crédit de paiement : 8 810 000 €) pour faire de Cannes une ville universitaire, tournée vers les techniques de l’image et l’industrie créative ;
  • la phase 2 du projet d’aménagement et d’embellissement du centre de La Bocca avec le lancement du marché de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement de la Place Roubaud (montant du crédit de paiement : 3 566 000 €) ;
  • l’achèvement du gymnase entièrement rénové du nouveau groupe scolaire Jacqueline de Romilly (montant du crédit de paiement : 1 675 000 €) ;
  • l’embellissement du front de mer et l’accompagnement des renouvellements de concession des plages de la Croisette pour lancer le projet de « réinvention de la Croisette légendaire » (crédits de paiement prévus à hauteur de 4 855 000 €) ;
  • la requalification de l’avenue de Lérins, dans sa section comprise entre la Place de l’Etang et le Stade des Hespérides, récemment rénovés, pour assurer une cohérence avec les travaux d’embellissement du boulevard Gazagnaire (montant du crédit de paiement : 2 600 000 €) ;
  • le plan de lutte contre la chaleur dans les écoles et les crèches afin de créer, notamment, des « îlots de fraîcheur » dans les cours de récréation. Cette végétalisation complète le Plan squares qui se poursuivra en 2020, notamment pour le square des Oliviers (montant des crédits de paiement : 1 200 000 € pour ces deux projets) ;

Autant de réalisations qui contribuent au renouveau de Cannes avec comme objectif premier, l’amélioration de la qualité de vie de chacun, et ce, dans le respect d’une stricte et durable orthodoxie financière par la Mairie de Cannes.

Consultez tous les articles > A la Une, En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative