Accueil > A la Une > En action > Pour Cannes > Loi S.R.U. : David Lisnard et plusieurs maires azuréens dénoncent l’arbitraire gouvernemental

Loi S.R.U. : David Lisnard et plusieurs maires azuréens dénoncent l’arbitraire gouvernemental

Les autorités et représentants locaux de l’Etat (le préfet de région, le préfet du département, les sous-préfets d’arrondissement) prévoyaient de ne pas carencer les villes de Cannes, Mandelieu, Mougins et Contes, reconnaissant ainsi les stratégies pluriannuelles, proactives et concrètes de ces quatre communes en matière de construction de logements sociaux et leurs spécificités locales urbanistiques liées aux risques majeurs.

Or, ces mêmes communes se voient finalement pénalisées par une décision prise au plus haut sommet de l’Etat de façon punitive. Cannes a même été pointée du doigt malgré le fort taux de Logements Sociaux de la ville, la réalité du territoire et les avis des services décentralisés.

Lors d’un point presse, jeudi, David Lisnard, accompagné des maires des autres communes concernées a souligné : « Nous sommes tous proactifs pour permettre aux classes moyennes de se loger et à ceux qui souffrent d’avoir accès à un LS. Nous tenons compte des réalités de nos territoires. Il en a résulté des plans locaux d’urbanisme adaptés à la volonté de bien loger »

« Nous dénonçons une injustice. Nos communes se retrouvent carencées de façon injuste. A Cannes, nous avons un taux de logement sociaux élevé avec plus de 17% (plus fort taux des communes du littoral azuréen) et les 2/3 du territoire sont classés en risques majeurs »

« Raisonner en valeur absolue est totalement arbitraire et va à l’encontre des aspirations environnementales de protection des risques et d’équilibre urbain »

Consultez tous les articles > A la Une, En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative