Accueil > En action > Pour Cannes > Point Covid et réaction de David Lisnard aux nouvelles mesures de restriction annoncées par le Préfet des Alpes-Maritimes

Point Covid et réaction de David Lisnard aux nouvelles mesures de restriction annoncées par le Préfet des Alpes-Maritimes

Lundi 22 février, David Lisnard a tenu à faire un point sur les chiffres locaux relatifs à l’épidémie de Covid-19 et a livré son point de vue sur les nouvelles mesures de restriction annoncées par le Préfet des Alpes-Maritimes, dont un confinement sur la bande littorale du département pour les deux prochains week-ends.

« Voici pour la bonne information de chacun les données actualisées que j’ai pu réunir sur la réalité de la situation épidémiologique et hospitalière relative au Covid-19 dans notre département et à Cannes :

 

– Taux d’incidence (nombre de personnes porteuses du virus sur les sept derniers jours pour 100 000 habitants) : 588 de taux moyen dans les Alpes-Maritimes, 750 à Nice, 422 à l’ouest du département ;

– Taux de positivité (nombre de personnes testées positives sur 100) : 10% dans les Alpes-Maritimes, 12% à Nice, 7 % à l’ouest du département, environ 6% à Cannes ;

– Nombre de patients Covid-19 en réanimation : 85 patients dont 9 au CH Simone Veil de Cannes (en provenance de plusieurs communes) et 34 au CHU de Nice. Pour rappel, en novembre dernier, nous avions 12 patients Covid en réanimation à Cannes (et 14 fin mars début avril 2020) ;

– Nombre de patients Covid-19 en hospitalisation conventionnelle: 300 patients dont 28 au CH Simone Veil de Cannes et 72 au CHU de Nice. 5 patients sont hospitalisés à la clinique Oxford dans le cadre de la collaboration public/privé déployée sur notre commune ;

– 27 patients sont hospitalisés sur des lits de soins intensifs hors réanimation dont un tiers au CH Simone Veil de Cannes.

 

Dans le cadre de la procédure d’évacuation sanitaire ou médicale dite EVASAN, l’hôpital de Cannes a accueilli 6 patients en provenance de Franche-Comté et des Hautes-Alpes. A l’inverse, un seul patient a été transféré de Cannes à Gap en fin de semaine dernière, sur proposition du CHU de Nice en coordination avec l’ARS, qui a considéré, par anticipation, que la situation à l’échelle du département nécessitait de soulager les établissements afin de libérer des lits pour le week-end.

 

Durant les six derniers mois, 48 patients de l’est du département ont été accueillis au CH Simone Veil de Cannes dans le cadre de la solidarité territoriale, dont 19 en provenance de Nice. A cette heure, 3 patients ont été adressés par le CHU de Nice à l’hôpital de Cannes où la situation est totalement maîtrisée.

 

Voilà la réalité sanitaire dans notre bassin de vie. La grande crainte, justifiée, des pouvoirs publics, nationaux comme locaux, concerne la propagation de la variante britannique, dont on sait qu’elle est plus contagieuse et serait déjà détectée dans 50% des nouveaux cas positifs.

Au regard des difficultés inouïes que nous rencontrons pour disposer d’un nombre de vaccins correspondant aux besoins journaliers dans notre département, nous sommes dans l’obligation de dresser un constat en carence sévère de la part de l’Exécutif qui n’a donc pas d’autre solution à proposer qu’un nouveau et pénible confinement local (les week ends) qui va détruire encore un peu plus notre économie, nos emplois, et notre moral. Si celui-ci s’accompagnait d’une politique sanitaire organisée et pertinente, nous pourrions l’accepter de façon plus positive.

 

S’agissant du couvre-feu, j’avais clairement fait connaître ma position en déclarant que dans les conditions actuelles qui voient déjà tous les restaurants et bars fermés, il n’aurait aucun intérêt sanitaire et même, au contraire, concentrerait les populations sur des périodes plus courtes dans les lieux ouverts au public. C’est hélas le cas. Il a parallèlement des conséquences néfastes pour nos commerces, pour notre économie, et pour notre vie quotidienne (faire ses courses devient un exploit entre les heures de travail) sans que nous puissions donc en attendre le moindre effet positif sur la progression de l’épidémie (comme le révèle le graphique ci-joint sur le taux de positivité et comme l’a analysé le CH de Toulouse).

 

Je le répète, un nouveau confinement peut avoir des effets sanitaires face au Covid (mais dévastateurs pour l’économie, donc la situation de milliers de patrons et salariés, les comptes publics, et notre équilibre psychique). Mais cela serait à la condition absolument essentielle que cette mesure soit enfin accompagnée d’une vraie politique sanitaire, méthodique et pertinente : une vaccination massive (et ce ne sont pas les 3 500 doses supplémentaires annoncées samedi et les 1 000 doses ce jour qui vont permettre de répondre à cette véritable urgence de santé publique et aux milliers d’azuréens en attente), à la hauteur d’un pays comme le nôtre (qui reste à la traîne de l’Europe – elle-même à la traine de l’occident – puisque seulement 2% de notre population ont reçu une double injection), des contrôles effectifs aux frontières et dans les aéroports, un « backtracking » rigoureux pour identifier, alerter et isoler les super-contaminateurs, la mise en place de purificateurs d’air virucides et de systèmes de détection du seuil de CO2 pour ventiler dès que nécessaire les pièces, etc), nous pourrions mieux l’accepter avec un espoir de sortie de crise à une échéance raisonnable.

 

Sans cette rigueur, nous ne nous en sortirons pas et ce « confinement » sur le temps des week-ends va décaler la vague de contamination et compliquer encore davantage notre vie quotidienne comme pénaliser ceux qui peuvent travailler pour sauver leur emploi.

 

Enfin, faute de moyens supplémentaires policiers, l’Etat va encore solliciter les mairies (sans avoir tenu compte de l’avis des maires qui étaient opposés à ce confinement) pour faire appliquer ces nouvelles contraintes, alors que déjà il était dans la réalité impossible et pas toujours opportun de mobiliser les forces de l’ordre sur ces seules dispositions sanitaires. Une somme croissante de mesures générales pénalise la majorité silencieuse et consciencieuse, alors que ceux qui font n’importe quoi ne sont que très rarement sanctionnés. Cette injustice est de plus en plus exaspérante.

 

Je tenais à vous transmettre ces éléments et vous souhaite malgré tout une bonne soirée, en espérant trouver les forces morales pour traverser le mieux possible cette période. »

Consultez tous les articles > En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative