Accueil > Dans les médias > Comment Qwant s’est imposé à Cannes

Comment Qwant s’est imposé à Cannes

Tribune Bulletin Côte d’Azur (4 octobre 2018).

Le moteur de recherche azuro-européen vient d’acquérir dans le quartier Forville un plateau de 810m² pour y développer quelques moteurs parallèles, notamment sur le volet audiovisuel. Parfait pour Cannes…

Le dernier conseil municipal de Cannes a acté la vente de locaux communaux désaffectés à Qwant, au 1 bd Turby et 9 rue Louis Blanc, à deux pas du marché Forville, en cœur de ville, pour un peu plus de 1,4M€. Objectif pour Eric Leandri, fondateur du moteur de recherche européen anti-traçage publicitaire en 2013 : y installer 25 collaborateurs dès 2019 (avec des postes revus à la hausse chaque année, 35 à l’horizon 2020, « 40 voire plus » en 2021), pour y développer ce que l’on appelle, en langage qwantien, des moteurs de recherche « verticaux », comprenez ultra-ciblés. On connaissait déjà Qwant Junior pour les 6-12 ans, Qwant Music, développé du côté de Bastia, et Qwant Games autour de la galaxie des jeux vidéo. Les petits frères arrivent…

Démultiplication

En s’implantant sur Cannes, Qwant s »adapte à son biotope local avec aisance : cap sur Qwant Star (premier moteur de recherche dédié au 7e art et aux œuvres audiovisuelles en général, séries comprises of course), et accueil des équipes de Qwant Edu, dévolu à l’éducation grand public au numérique, avec une petite excroissance partenariale toute loco-locale vers la sensibilisation aux incivilités et aux dangers… du net. Dans les tuyaux aussi, un Qwant 100 for Charity, un réseau social ouvert aux personnalités versées sur le caritatif, ou Qwant Accélérateur, spécial accompagnement des startups de l’économie créative qui pourraient même profiter de son nouveau plateau cannois.

Moteur de filière

Derrière cette vente de biens communaux actée dès septembre dernier et adoubée aujourd’hui, c’est une bonne partie de l’innovation à la cannoise qui se joue, adossée à de forts investissements publics (32M€ engagés par la commune et l’agglo dans la création d’un technopole créatif à Bastide Rouge, soit 70M€ avec l’addition des financements privés). Nom de code : Cannes on Air, projet global autour de l’économie créative qui colle pile poil avec les historiques intérêts, assortis de grands événements tels le FIF, le MIP TV, le MIDEM et autres CANNESERIES. Pépinière et hôtel d’entreprises ou campus universitaires font partie de ce projet, avec un développement en cours sur Bastide Rouge.

A noter que la ville de Cannes avait déjà, récemment et dans le même objectif de renforcement de sa filière audiovisuelle, vendu un autre local côté Petit Juas, autour d’un projet Avant-Garde, dédié à la pré et post-production, sur les 1.100m² de l’ex-Comptoir provençal du verre, où 10M€ d’investissement ont été annoncés.

Consultez tous les articles > Dans les médias

Google Analytics Alternative