Accueil > A la Une > En action > Pour Cannes > Covid-19 : analyse des réseaux d’eaux usées, testing particulier, vaccination, la Mairie sur tous les fronts

Covid-19 : analyse des réseaux d’eaux usées, testing particulier, vaccination, la Mairie sur tous les fronts

Lundi dernier, David Lisnard débutait la semaine par la publication d’un compte rendu détaillé des actions menées par la Mairie de Cannes, en lien avec les professionnels de santé, souvent en amont des directives gouvernementales, pour lutter efficacement contre l’épidémie de Covid-19.

« Le dimanche 23 février 2020 (déjà…), j’activais la cellule de crise et d’anticipation réunissant les services de la Mairie, de la Communauté d’Agglomération Cannes Lérins et du Centre Communal d’Action Sociale, et dès le lendemain, nous mobilisions les professionnels locaux de la santé privés et publics, dans une collaboration qui alors a fait exception dans le pays, afin d’anticiper la situation sanitaire, réunir les forces locales et tout mettre en œuvre pour protéger la population face au SARS-CoV-2.

Depuis ces presque 15 mois, grâce à ce travail méthodique, alimenté par l’analyse des nombreux travaux scientifiques internationaux, et bien que la politique sanitaire relève de la compétence de l’Etat, nous continuons, avec la formidable équipe qui m’entoure, de tout mettre en œuvre pour contribuer le mieux possible à affronter concrètement la crise.

Nous développons aujourd’hui à Cannes des actions qui s’approchent des stratégies zéro Covid qui ont fonctionné dans les pays qui les ont suivies, grâce à la combinaison de mesures innovantes et complémentaires. C’est dans cet esprit je crois qu’il serait temps enfin de travailler au niveau national, de façon pragmatique et proactive, plutôt que de subir cette crise toujours avec un coup de retard et en n’ayant recours qu’aux seuls leviers de l’interdit et des fermetures.

1. Le dispositif COMETE pour remonter à la source des contagions (les « supercontaminateurs ») et ainsi prendre très en amont les mesures protectrices nécessaires :

Eviter une recrudescence de l’épidémie, c’est s’attaquer aux sources de la contamination, donc la déceler le plus en amont possible et la traquer. C’est précisément l’objet de notre dispositif d’exploitation intelligente du système d’analyse des eaux usées, intitulé « COMETE».

Déployé en collaboration avec la société Open Health, le bataillon des Marins Pompiers de Marseille, et en concertation avec l’Agence Régionale de Santé et le précieux concours des bénévoles de la réserve communale et du secours Civil Cannes Pays de Lérins, cet outil nous permet de quantifier la concentration du virus dans les eaux usées (c’est dans les effluents que l’on identifie le plus tôt le virus, jusqu’à 5 ou 6 jours avant la positivité aux tests antigéniques et RT-PCR) et d’agir en conséquence, en amont de la transmission.
Le système « COMETE » permet, en complémentarité des actions de prévention auprès des cas contacts (horizontalité), de remonter très rapidement vers les foyers d’émissions (verticalité) et les super-contaminateurs. Pour rappel, 10% des contaminateurs sont à l’origine de 80% des transmissions de la Covid-19.

Nous allons ainsi bénéficier par anticipation d’indicateurs précis qui vont nous faire gagner 5 à 6 jours sur le virus, 5 à 6 jours essentiels qui permettront, une fois le groupe d’immeubles, l’immeuble voire l’étage identifiés, notamment par la technique d’analyses surfaciques, de proposer des solutions rapides de testing et de cibler la décision publique à la situation épidémiologique locale. Faire de la micro isolation plutôt que des macro interdictions et confinements !

Très concrètement, les prélèvements sur la station d’épuration sont réalisés chaque jour pour mesurer l’intensité épidémique en temps réel. Parallèlement, des prélèvements sont réalisés dans toute la ville en huit secteurs couvrant l’intégralité du territoire communal et à la source de plusieurs sites dits « sensibles » (maisons de retraites, résidences autonomies, écoles, crèches, etc.) qui pourront évoluer en fonction des événements.

L’objectif est ici double : bénéficier d’un diagnostic précis et sans délai pour lancer des actions de santé publique en concertation avec l’Agence Régionale de Santé (testing, isolement des personnes contaminées, etc.) et recréer de la confiance à destination, notamment, des professionnels des secteurs économique, touristique et événementiel.
Le réseau « COMETE » permet donc de prendre des mesures à une micro-échelle et non plus des mesures générales si pénalisantes pour notre vie psychologique, économique et sociale. La voie du backtracking a toujours été utilisée avec succès en Asie (je pense notamment au Japon ou à la Corée du Sud) et dans certains pays scandinaves. La France, qui n’a jamais misé dessus, doit aujourd’hui en saisir toutes les vertus. Et nous comptons bien faire de Cannes un territoire exemplaire en la matière.

2. L’utilisation d’outils technologiques innovants pour lutter contre la circulation du virus dans les lieux clos aux fortes interactions humaines :

Nous avons également complété nos protocoles de désinfection, de nettoyage et de purification de l’air dans les espaces publics intérieurs pour protéger la population, les visiteurs et encourager la reprise des activités. Ainsi, ce sont 100 boitiers UVOCARE qui désinfectent en 30 secondes les petits objets (stylos, téléphones portables, badges, lunettes, clefs, monnaies ainsi que les masques chirurgicaux, FFP2 et en tissus) et qui ont été installé dans les écoles, les crèches, les médiathèques, à l’Hôtel de Ville et dans les mairies annexes.

Le 26 avril prochain, quinze armoires OZZON désinfectantes qui permettent une décontamination des virus et bactéries sur tous types de matières (jouets en bois, en plastique, peluches, blouses, chaussons, tapis, etc.) équiperont l’ensemble des structures de la Petite Enfance.

A ces matériels s’ajoute l’expérimentation de purificateurs d’air (Clever ENERGIES) dans les établissements recevant du public. Ce dispositif se raccorde aux centrales de traitement de l’air et permet de supprimer 99% des polluants présents dans l’air.

3. Un testing immédiat, permanent et pour tous : Cannes ville pilote en France :

Pour identifier et casser les chaines de contamination, base d’une bonne politique de santé publique face à l’épidémie, nous avons engagé, dès la fin de l’été dernier, une stratégie favorisant les dépistages massifs et à grande échelle. Grâce à nos efforts logistiques et à l’excellente coopération public/privé permettant un maillage territorial optimal, tous les Cannois ont accès à des solutions de dépistage rapide, que ce soit par tests antigéniques (résultat en 15 minutes) accessibles dans la majorité des pharmacies de la commune qui peuvent bénéficier de l’usage gracieux du domaine public pour effectuer ces opérations, soit par tests RT-PCR (résultat en moins de 24 heures) dans les laboratoires cannois dont le site municipal dédié aux personnes prioritaires situé au 27 boulevard de la Ferrage et ouvert dès septembre dernier.

Depuis le 31 mars, la Mairie de Cannes est la première commune de France à fournir également aux agents des services municipaux ainsi qu’aux visiteurs des EHPAD et résidences autonomies des autotests nasaux. Simples et rapides d’usage (résultats en moins de 20 minutes), fiables à 95%, ces autotests élargissent l’arsenal déjà disponible pour le repérage et l’isolement des personnes infectées par la Covid et assurent la continuité des services publics de proximité. La généralisation de ces tests, en tant qu’acte de civisme, répond à plusieurs enjeux : favoriser la reprise des échanges et activités économiques ainsi que des interactions sociales, sortir de l’assistanat sanitaire et de l’infantilisation et permettre des suivis épidémiologiques par cohortes afin notamment d’évaluer les effets des mesures sanitaires.

Une campagne de sensibilisation du grand public à l’auto-dépistage (ces tests devraient être enfin disponibles pour le grand public cette semaine en pharmacie) est d’ores-et-déjà déployée dans notre ville.

4. La mobilisation anticipée de la Mairie de Cannes dans la campagne de vaccination se poursuit :

Eviter une recrudescence de l’épidémie, c’est protéger un maximum de populations, en priorité les plus fragiles, et le plus rapidement possible. Oui, nous devons vacciner « matin, midi et soir », et c’est ce que nous faisons à Cannes depuis début janvier malgré les revirements et contradictions hélas très fréquents des autorités nationales qui ne nous facilitent pas la tâche.

Je tiens à ce titre à souligner et féliciter l’ensemble des équipes mobilisées sur nos centres de vaccination, opérationnels de façon pionnière dès le 4 janvier. Les résultats obtenus prouvent que nous sommes dans la bonne voie et avions raison à une époque où le ministère disait qu’il ne fallait pas de vaccinodromes.

Avec 74% (81 % avec les Ehpad) de vaccinés sur l’ensemble des 70 ans et plus, Cannes est classée première ville des Alpes-Maritimes alors que la moyenne départementale est de 50 %, et certainement l’une des premières de France.

Ce taux grimpe à 81% si l’on ajoute les 97% des résidents des EHPAD publics cannois qui sont vaccinés depuis le 10 février alors que la moyenne nationale est de 73 %.

Tous les 65 à 74 ans inscrits se sont vu proposer un rdv (2500 rdv fixés depuis le 26.03 jusqu’à fin avril). Notre plateforme de réservation était en fonction le 6 janvier) et à la bonne organisation et au savoir-faire des professionnels mobilisés qui ne gaspillent aucune dose (nous tirons 7 doses sur chaque flacon de vaccins Pfizer et 11 doses sur les flacons Moderna, soit près de 40 % de gain de doses ) et programment chaque rendez-vous avec précision et rigueur.

Les campagnes d’appels menées par les équipes municipales (plus de 10 000 appels téléphoniques) continuent, pour proposer aux personnes qui ne sont pas encore inscrites et qui le souhaiteraient de se faire vacciner dans les plus brefs délais.

Les inscriptions pour les + de 50 ans sans comorbidités, ouvertes depuis le 25 mars, se poursuivent et les premières personnes ont été vaccinées dès la semaine dernière (2500 rdv sont d’ores et déjà fixés).

Ouverte depuis le 3 avril, la vaccination des forces de l’ordre (148 personnes à ce jour vaccinées ou ayant rdv) et des enseignants (856 à ce jour vaccinées ou ayant rdv) qui résident ou exercent sur la commune, se déroule avec rapidité. Oui, nous devons protéger les enseignants et les personnels scolaires dans la perspective de la réouverture des écoles pour leur permettre d’exercer leur fonction éducative et sociale sans crainte auprès des enfants, mais aussi les forces de l’ordre, positionnées au quotidien en première ligne auprès de la population, pour assurer leurs missions de sécurité publique dans les meilleures conditions.

Nous devons retrouver une activité économique et sociale. Je le réclame et fais des propositions avec les professionnels depuis maintenant plus d’un an, pour l’instant sans retour ; le gouvernement n’a pas établi de protocoles sanitaires stricts adaptés aux scenarii épidémiologiques, par métier et par type d’établissement. La fermeture systématique ne doit plus être préconisée comme solution de facilité : trop de vies en dépendent. Ce sera un autre enjeu crucial pour les mois à venir, pour que chaque commerçant ne se sente plus lésé par des décisions qui semblent parfois être prises de manière arbitraire. Il faut leur redonner de la confiance et donc de la visibilité, leur permettre de travailler et donc de gagner leur vie en toute sécurité sanitaire, et ne plus au contraire leur laisser l’impression de mesures générales d’interdit prises au doigt mouillé.

Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins. L’immunologie collective ne sera effective que cet automne, voire à la fin de 2021, sous réserve que de nouveaux variants récalcitrants n’apparaissent pas. Nous ne pouvons pas attendre les bras ballants. Chaque jour est précieux et Cannes continue de travailler de façon anticipée et préventive à l’indispensable nécessité de concilier l’activité, la vie, et la sécurité sanitaire »

Consultez tous les articles > A la Une, En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative