Accueil > Dans les médias > David lisnard veut gagner sur les idées

David lisnard veut gagner sur les idées

Publié le lundi 16 septembre 2013 dans Nice-Matin.

A Saint Cassien et à six mois des municipales, le candidat UMP de la majorité s’est posé, déjà, en rassembleur, refusant les attaques « en dessous de la culotte »

Il est en mission. David Lisnard effectuait, hier midi, sa traditionnelle rentrée politique sur la butte Saint Cassien à La Bocca. « Sa roche de Solutré » à lui. Dans ce cadre champêtre, sous un soleil chauffant, après les pluies matinales, ils étaient très nombreux à avoir répondu à l’invitation du premier adjoint à la mairie de Cannes (UMP), candidat au fauteuil de maire aux municipales de mars prochain. Il a vu dans cette affluence « un élan qui est en train de se créer ». A six mois de ces échéances, ce père de famille de trois enfants, âgé de 44 ans, a choisi ce pique-nique politique pour galvaniser ses militants, en leur demandant d’avoir « des convictions contagieuses » et surtout séduire des électeurs en leur soumettant les grandes lignes de son projet.

L’appel de Saint Cassien

Pour parcourir « le long chemin » qui mène à l’élection, il a pu compter hier et sûrement demain, sur l’appui de Bernard Brochand (1). L’actuel maire n’a pas lésiné sur les mots en lançant, rien de moins que « l’appel de Saint Cassien » en faveur d’un vote pour David Lisnard. Répondant à cette invocation tutélaire, celui-ci a dressé cinq engagements forts, son pré programme électoral. Le premier assure que « les taux d’impôts n’augmenteront pas ». Le deuxième « que le projet municipal sera finançable » – tout – « en réduisant l’endettement et toutes les dépenses de la ville ».

Le troisième tablera « sur la lutte contre les effets de la bureaucratie ». Le quatrième sera « de ne pas gâcher ce qui a été fait ». Enfin le cinquième, c’est de « construire un projet positif, avec une ville encore plus agréable, plus pratique, plus sûre, plus prospère ».

Dans les grandes lignes de sa future politique, David Lisnard voit aussi le reflet de « ses valeurs de droiture, de franchise, de combativité et d’amour ». Pour lui, l’engagement ne doit « pas servir une carière, pas servir un clan, mais servir les Cannois et ma ville ».

C’est pour cela qu’il a souhaité, déjà, un rassemblement large qui devrait embrasser plus que sa famille politique, pour « une ville unique » qu’il veut « unie » avec un projet nouveau mêlant « des personnes de tout opinion ». Une façon de devancer une éventuelle poussée de l’extrême droite ? Peut-être.

Mais pour arriver à ses fins David Lisnard entend « gagner sur le front des idées et des projets » sans « jamais utiliser les armes des autres. Les critiques systématiques, c’est pour ceux qui n’ont jamais rien fait ou qui ne sont pas de bonne foi ». Visait-il son adversaire annoncé, Philippe Tabarot, conseiller municipal d’opposition, également UMP ? En tout cas, il n’a jamais cité son nom. « Les rumeurs, les calomnies, les amalgames et les insultes sont les armes de faibles » a-t-il quand même envoyé.

En finissant son discours effectué sans note, David Lisnard a commencé par lancer « on va ga… » avant de reprendre et d’annoncer « je crois que nous pouvons gagner ». Modestie ou superstition ?

Gaëtan Peyrebesse
gpeyrebesse@nicematin.fr

(1) Etaient présents le maire de Grasse, Jean-Pierre Leleux, celui de Mandelieu, Henri Leroy et celui de Théoule Daniel Marsanti.)

Une campagne propre ?

David Lisnard a fait une proposition qui permettrait, selon lui « d’être un gage d’honnêteté et d’intégrité des candidats ». Demander à l’organisme indépendant Tracfin ( Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins ), d’établir les revenus et les avoirs de chacun des prétendants. « En France comme à l’étranger ». Pour « qu’on arrête les rumeurs et les calomnies ». Il y a quelques mois deux affaires ont éclaté. Une concernant un conseiller de Bernard Brochand, l’autre le frère du candidat Philippe Tabarot.

David LIsnard veut gagner sur les idées

Consultez tous les articles > Dans les médias

Google Analytics Alternative