Accueil > Dans les médias > David Lisnard lance ses ateliers de réflexion

David Lisnard lance ses ateliers de réflexion

Article paru dans Nice Matin, mercredi 19 juin 2013

Le candidat à la mairie de Cannes (UMP) veut faire participer les cannois à l’élaboration de son projet municipal pour la ville. Une nouvelle étape de sa campagne.

Certains ont même pris leur stylo et un bloc de papier. Ambiance studieuse, hier en fin de journée, dans une salle de l’hôtel Novotel-Montfleury, pour plus de 150 proches soutiens de David Lisnard. Le premier adjoint au maire, candidat à l’élection municipale de mars prochain, a ouvert une nouvelle page de sa campagne avec l’installation de cercles de réflexion.
S’il assure avoir déjà « pas mal d’idées », il entend ainsi « en irriguer de nouvelles » en proposant à ceux qui « le souhaitent de participer à la conception » de son projet pour la ville. Avec un slogan simple « Inventons l’avenir de Cannes. »
Une façon d’impliquer la population qui n’est pas sans rappeler  « la démocratie participative » chère à la socialiste Ségolène Royal. Un rapprochement qui ne déstabilise pas ce quadra UMP : « J’ai déjà créé en 1999 des ateliers de travail pour Bernard Brochand. Je trouve bien d’associer des citoyens. Un mandat municipal, c’est un mandat de proximité » tranche le candidat.

Marqueur Politique

Pour lui, les choses sont claires, « après l’élu assume ses responsabilités. J’ai mes convictions, elles sont fortes. Mais on ne gère pas une ville à gauche ou à droite. »
David Lisnard va décliner ces ateliers en quatre thèmes : «  Cannes plus pratique et agréable à vivre au quotidien » ; « Cannes, plus dynamique et attractive » ; « Cannes mieux partagée et solidaire » et « Cannes mieux valorisée et fière de ses racines ».
Mais si chacun peut amener sa pierre à l’édifice, les réflexions devront quand même reposer sur «  des principes fondamentaux. Réduire les dépenses amplifier le désendettement et appliquer la prudence financière. »
En ligne de mire David Lisnard, un marqueur politique incontournable : « Pas d’augmentation d’impôts. Le contribuable ne doit pas devenir une variable d’ajustement »

Pas une liste

Pour mener à bien ce nouveau chantier, il est accompagné de cinq personnalités : Thomas de Pariente (consultant), Olivia Gordon (commerçante), Charlotte Siguier (assureur), Gérard Pally (banquier à la retraite) et Christophe Florentino (juriste).

Tout en précisant bien qu’il s’entoure, avec d’autres personnes, d’un « noyau dur, pas d’une liste ». Tous sont là pour « m’aider à travailler à la faisabilité juridique et financière » de ces idées «  concrètes ».
Pour lui, cette démarche permet  «  d’accélérer le mouvement pour tenir à la distance » et les neuf mois qui les séparent de l’échéance des élections municipales.
Mais attention, si ces ateliers vont ouvrir « une nouvelle époque », le candidat aime à répéter qu’il « n’y a pas de rupture » avec l’actuel maire.
« Le changement dans la continuité », telle est sa devise. De l’audace certes, « ma non tropo ».

Affaires : no comment

Loin d’être paisible, la campagne vient d’être parasitée par des affaire politico-judiciaires, qui visent son adversaire direct, Philippe Tabarot (voir édition de Nice Matin du Mardi 18 juin 2013).
Celui-ci dénonce « une machination politique« .
Interrogé sur ce sujet, David Lisnard campe sur sa position de « ne pas commenter. Je me suis abstenu de le faire depuis le départ. J’ai demandé aux personnes qui font campagne avec moi de ne pas utiliser cela. Ce n’est pas un acte de campagne« .
Les affaire vont-elles entacher la campagne, selon lui ? « Je ne sais pas. Moi, ma campagne se passe bien, et j’aimerais qu’elle ne soit pas perturbée. Que la justice fasse la lumière sur ce qui mérite de l’être. Je n’ai aucun commentaire à faire. Je suis concentré sur ma démarche« .

GAËTAN PEYREBESSE

Consultez tous les articles > Dans les médias

Google Analytics Alternative