Accueil > Dans les médias > Pierre Brochand soutient David Lisnard

Pierre Brochand soutient David Lisnard

Article paru dans Nice Matin le mercredi 29 janvier 2014

Municipales 2014 – Le frère du Maire sortant, ancien patron de la sécurité extérieure française, sort de son silence.

Il se dit lui-même d’une « discrétion de violette » et il est vrai que le moins qu’on puisse dire est qu’il n’est pas un habitué de la Une des journaux. Au point que ne sont pas si nombreux les Cannois qui connaissent son existence et surtout son parcours.

Pierre Brochand, 73 ans, est le « petit frère » de Bernard. Et l’ancien patron de la DGSE – Direction générale de la sécurité extérieure – qu’il a dirigée pendant plus de six ans, avant de prendre sa retraite en octobre 2008.
Ce grand serviteur de l’État – c’est notamment lui qui a géré, dans l’ombre, plusieurs prises d’otages en Irak dont celle de Florence Aubenas – qui a aussi derrière lui une riche carrière au Quai d’Orsay, n’a donc pas pour habitude de prendre la parole publiquement. Pourtant, il a décidé aujourd’hui de sortir de sa réserve. Pour s’exprimer sur Cannes, sa ville, et sur les élections municipales de mars ce prochain. Et pour apporter un soutien sans ambiguïté à David Lisnard.

Votre carrière vous a conduit dans le monde entier. Vous n’avez jamais perdu Cannes de vue ?

Jamais. Je suis à cannois pur jus. Je suis né ici, j’y ai grandis, j’ai fait toute ma scolarité, à Saint-Joseph, Jules Ferry et Carnot. Puis je suis parti faire mes études à Paris [HEC et l’ENA, Ndlr] et ensuite j’ai vécu à l’étranger. Mais j’ai gardé des liens étroits avec Cannes. ma fille y est née, nous y avons la maison familiale et j’y suis depuis toujours électeur.

Vous suivez donc de près ce qui s’y passe.

Oui. Et depuis des années, surtout dans les années 90, j’étais déçu de ce qui s’y déroulait. Même si les gens avaient les yeux qui brillaient quand je disais que j’étais Cannois, moi j’avais parfois honte. J’ai donc été extrêmement reconnaissant à mon frère de s’être dévoué pour rendre son crédit et sa respectabilité à ma ville.

Vous n’avez pas été tenté, une fois à la retraite, de vous lancer vous-même en politique ici ?

Au contraire, je me suis fait un devoir de ne jamais intervenir. Car là où il y a la politique et la famille, il y a favoritisme et népotisme.

Alors, pourquoi aujourd’hui sortir de votre silence ?

C’est différent. Mon frère n’est plus candidat et puis cette élection n’est pas comme les autres. C’est un moment charnière pour Cannes. Les Cannois doivent choisir entre poursuivre l’œuvre remarquable entreprise depuis 12 ans, ou retomber dans les errements précédents. C’est donc sans hésiter que j’apporte tout mon soutien David Lisnard. Il est capable, avec sa touche personnelle, de poursuivre l’œuvre de mon frère. Il est cannois, jeune, compétent , cultivé, intelligent et intègre. J’ai pris connaissance de son programme, il est remarquablement concret et précis. Et autant en matière de gestion que d’hommes, je pense avoir un peu d’expérience…

Justement, vous êtes un haut fonctionnaire respecté. les affaires judiciaires en cours ne vous ont pas fait hésiter ?

Non, c’est presque le contraire. D’abord parce que je ne connais pas de personne plus honnête, plus intègre que Bernard Brochand. Je m’en porte garant 100%; Ceux qui tentent de l’attaquer dans ce domaine commettent une lourde erreur. Et David Lisnard le même profil, cela ne fait aucun doute. Quant à cette affaire, j’avoue que je suis un peu perplexe quant au timing. Je pensais qu’il était habituel de respecter une sorte de trêve à certaines périodes. Et sur le fond, tout cela est un peu nébuleux….

Propos recueillis par Pascal Primi –  Photo Serge Haouzi

Pierre Brochand soutient David Lisnard

Consultez tous les articles > Dans les médias

Google Analytics Alternative