Accueil > A la Une > En action > Pour Cannes > Sécurité : Cannes se donne les moyens de lutter contre la délinquance

Sécurité : Cannes se donne les moyens de lutter contre la délinquance

Devant la multiplication des violences urbaines dans certaines villes de France, David Lisnard a rappelé vendredi dernier les moyens déployés par la Mairie de Cannes pour assurer la sécurité des Cannois, dont la mission relève pourtant de l’Etat, et la tranquillité publique.

« Je vous adresse ce point sur notre action municipale pour contribuer à lutter contre l’insécurité, ce fléau qui nous expose à la violence ou à la dégradation de biens, détériore gravement notre société, accable des familles, nuit à une bonne vie quotidienne dans tant de quartiers, met parfois en péril nos jeunes et nos aînés. La sécurité, première mission de l’Etat régalien, est à juste titre aujourd’hui une préoccupation majeure des Français. Au delà des différents faits divers tragiques de ces derniers mois qui se sont déroulés partout en France, y compris chez nous, les évolutions de certaines données statistiques sur les homicides volontaires ou les rixes avec armes blanches, sans même parler de la gangrène des trafics de drogue, démontrent l’absolue nécessité de renforcer méthodiquement la lutte contre toutes les formes de délinquance.

La présence des forces de l’ordre au plus près du terrain est indispensable, je ne cesse d’argumenter et intervenir depuis que je suis Maire pour un nombre correct d’effectifs de Police nationale, de manière pérenne, sur notre territoire. Nous obtenons en saison estivale pour de très courtes durées la présence de CRS qui nous fournissent une aide précieuse mais globalement la situation n’est pas satisfaisante. Je continuerai donc d’interpeller de manière systématique le Gouvernement et les autorités locales pour obtenir des renforts de Police nationale, comme je l’ai fait il y a encore un peu moins de quinze jour après que deux policiers municipaux et nationaux se sont faits renverser par un chauffard qui tentait de prendre la fuite (et que les policiers ont réussi à interpeller et livrer à l’autorité judiciaire), et qu’un jeune homme fut poignardé le même jour en pleine rue en début de soirée. Pas plus tard que la semaine dernière, j’écrivais une nouvelle fois au ministre de l’Intérieur pour souligner le mérite des policiers nationaux et le mettre face à cette réalité : depuis 2014, notre circonscription (Cannes, Le Cannet), a constaté une baisse de 10% des effectifs de Police nationale. Sur le terrain, ce manque est patent et parfois énorme, notamment la nuit. J’ai également saisi les représentants des autorités nationales dans le département pour savoir comment ils comptent appréhender la sortie du « confinement » et plus largement, la saison estivale. L’été dernier a été particulièrement instructif de ce point de vue là, et tout laisse penser que nous retrouverons dans quelques semaines les mêmes problèmes !
Devant cet état de fait, la Police Municipale, outre ses missions de tranquillité sur le domaine public, pallie ces lacunes. La police municipale est bien présente, jour et nuit, et les agents sont remarquables de compétence et de courage ; avec des pouvoirs légaux d’intervention très limités. Je tiens à leur rendre hommage à chaque occasion. La Mairie met tout en œuvre pour tenter de contribuer à la bonne sécurité de chacun, en veillant d’une part à la présence d’effectifs jour et nuit sur le terrain – en lien étroit avec le Parquet et le Commissariat central de la Police Nationale, les opérations SLIC (Structure Légère d’Intervention et de Contrôle) se sont multipliées à ma demande pour lutter quotidiennement contre les trafics, et les fléaux qui ruinent la qualité de vie dans certains quartiers comme les rodéos urbains (plus de 200 réalisées en 6 ans) – et d’autre part à la mise en œuvre d’actions concrètes qui passent par l’utilisation de technologies avancées, l’utilisation de matériel performant ou encore la constitution de dispositifs coordonnés avec l’Etat pour rendre plus efficiente la chaine sécuritaire, avec par exemple la création récente en 2019 d’un Groupement Local de Traitement de la Délinquance (GLTD) dans les quartiers de Ranguin et de la Frayère, ou d’une Cellule Municipale d’Echange sur la Radicalisation (CMER).
Ainsi, depuis le début du mandat, le développement de nouvelles technologies a permis d’améliorer l’efficacité et la réactivité de l’action de la police municipale sur le terrain. Le développement du système de vidéosurveillance le plus dense de France avec 1 caméra pour 109 habitants – soit désormais plus de 700 sur l’ensemble du territoire -, s’est poursuivi et renforcé. La municipalité a installé, sur la place dite « Miroir », en face de la place du Commandant Maria, une toute nouvelle caméra « parlante » en plus des deux caméras actuellement positionnées. Cette opération est la première étape d’un plan de renouveau pour faire du secteur de la place Commandant Maria un lieu plus agréable, sécurisé et à destination des familles. Par sa valeur probatoire, la vidéo protection est devenue un outil essentiel au travail des forces de sécurité sur le terrain, notamment en matière de flagrants délits et dans le cadre d’enquêtes judiciaires. Elle permet aux policiers et services municipaux d’intervenir plus efficacement et rapidement pour sanctionner et réparer les actes d’incivisme et délits commis sur le territoire communal.
Afin de compléter les dispositifs opérationnels, la Mairie de Cannes a également acquis en début d’année 2020 un second poste de police municipale mobile après celui mis en service en mars 2017. Dédié au secteur de la Bocca, ce véhicule de haute technologie, ultra polyvalent, accroît les capacités de surveillance et d’intervention sur le territoire communal boccassien, et consolide le rapport de proximité en évoluant au plus proche des habitants. Nous avons également doté nos policiers municipaux de caméras piéton pour les protéger juridiquement, mais également pour désamorcer d’éventuelles situations conflictuelles.
La lutte contre le terrorisme fait également l’objet d’une attention extrême. Après avoir investi plus de 11 millions d’euros dans notre plan communal de prévention et de lutte contre le terrorisme pionnier en France, outre les 355 boutons alarme déjà déployés par la municipalité dans les établissements publics, les écoles, les crèches, les lieux de culte, certains commerces et à destination d’agents municipaux intervenant sur l’espace public, la Mairie de Cannes a installé le 1er mars quatre boutons d’appels d’urgence sur l’espace public devant la gare SNCF, près du Palais des Festivals et des Congrès, sur l’esplanade de la plage Macé sur la Croisette et sur la place Roubaud à La Bocca. Reliés directement au Centre de Protection Urbain de la Police Municipale, ces dispositifs permettent une alerte immédiate et efficace des forces de l’ordre municipales en cas de danger ou d’agression. D’autres sites seront prochainement équipés comme l’Université Bastide Rouge ou le quartier de Ranguin.
Parallèlement, la lutte contre l’incivisme continue d’être une priorité. Elle fait toujours l’objet d’une action globale (prévention, information, formation, sanction). Avec plus de 100 000 PV dressés pour incivisme depuis 2014, une campagne de communication « ici commence la mer » adaptée pour sensibiliser aux jets de masques à terre, la focalisation sur le fléau des nuisances sonores, notamment celles causées par les tapages nocturnes dans les locations de courte durée, Cannes poursuit son combat.
Soyez assurés que malgré la difficulté de la tâche, nous continuerons avec ténacité et méthode ce travail volontariste face aux délinquants et contre les injustices, de même que nous combattons et combattrons les gestes d’incivisme du quotidien qui coutent cher aux contribuables, nuisent à notre qualité de vie et à l’attractivité de notre ville. Il faut continuer tel Sisyphe à travailler pour la sécurité et la quiétude que chacun attend légitimement et auquel il a droit. »

Consultez tous les articles > A la Une, En action, Pour Cannes

Google Analytics Alternative